La blockchain, c’est quoi en fait ? 5 points que les spécialistes du marketing digital se doivent de connaitre

 
 

Vous savez ce qui agite actuellement les couloirs des agences marketing ? Non, ce n’est pas une invitation à Fight Club trouvée sur la photocopieuse. Même si c’est tout aussi percutant, au point de transformer le marketing tel que nous le connaissons.

Le moment est venu de parler de blockchain, la technologie la plus révolutionnaire depuis plusieurs dizaines d’années. Elle alimente déjà un grand nombre de transactions sur internet et pourrait dans un futur proche modifier la manière dont les spécialistes du marketing digital utilisent les flux de données et dialoguent avec leurs publics. Sans compter que malgré sa nature open source, la blockchain s’avère extrêmement sûre et transparente.

« Aussi révolutionnaire que cela paraisse, la blockchain constitue réellement un mécanisme qui hisse chacun au plus haut niveau de responsabilité. Fini les transactions ratées, les erreurs humaines ou informatiques, et même les échanges effectués sans l’autorisation des parties concernées », écrivait Ian Khan, orateur TEDx à trois reprises, auteur et futurologue.

Voici donc un aperçu rapide de ce que les spécialistes du marketing digital doivent savoir pour participer aux conversations sur la blockchain.

 

1. La blockchain est déjà partout

La blockchain a acquis une certaine notoriété en tant qu’infrastructure numérique à la base du bitcoin, la célèbre cryptomonnaie. En deux mots, il s’agit d’un tableur qui contient des millions de transactions (d’où son surnom de « livre de compte virtuel ») et qui est actualisé simultanément mais de manière décentralisée par des milliers d’ordinateurs.

Il s’agit donc d’un réseau extrêmement fiable, « peer-to-peer », qui permet de vérifier une quantité énorme de transactions. La blockchain est déjà utilisée pour traiter des données liées à la monnaie virtuelle, mais aussi à tout autre sujet comme le  poisson produit de manière durable, certains morceaux diffusés sous forme numérique ou encoredes applications de l’internet des objets, notamment des serrures qui s’ouvrent moyennant paiement. La prochaine étape consistera à contrôler et à tracer des personnes et des biens lorsqu’ils franchissent des frontières internationales aux quatre coins de la planète.

 

2. La blockchain pourrait révolutionner la programmatique

Alors que la mesure de l’impact des publicités programmatiques se complique – en 2016, les annonceurs ont perdu 7,2 milliards de dollars à cause de la « bot fraud », les vues générées par des robots (ANA) –, le recours à la blockchain pourrait aboutir à cette transparence dont nous avons tant besoin. Ce système, capable de gérer et de vérifier des millions de transactions, pourrait assurer le suivi de la diffusion publicitaire programmatique.

Outre cette « ad verification », les spécialistes du marketing pourraient utiliser directement l’architecture financière de la blockchain pour gérer l’achat d’annonces dans un système fonctionnant avec des espèces. Des pionniers comme la start-up américano-danoise BitTeaser suppriment les intermédiaires en permettant aux éditeurs d’acheter des publicités avec des bitcoins, des dogecoins et autres cryptomonnaies. Une démarche par ailleurs susceptible de faire baisser le coût publicitaire global par transaction.

 

3. La blockchain offre aux consommateurs de nouveaux moyens d’exercer une influence

La blockchain s’est révélée être un excellent outil pour suivre et actualiser la valeur de « jetons » virtuels – dont le bitcoin – au sein d’un réseau mondial. Mais ce n’est qu’un début : Jeremy Epstein, pionnier du marketing et CEO de Never Stop Marketing, imagine un monde dans lequel la blockchain servirait à émettre ces « jetons » virtuels, avec lesquels les utilisateurs achèteraient ensuite des produits et services.

Il pourrait par exemple y avoir des systèmes de jetons séparés pour des services de transport comme Uber et des centres de fitness, ou des systèmes exclusifs réservés à l’achat d’aliments végétariens. La manière dont les utilisateurs acquièrent et dépensent ces jetons deviendrait alors un moyen de donner des informations sur leur style de vie et leurs préférences, au point de s’ériger en symbole de statut social.

4. La blockchain peut donner vie à des produits

La blockchain permet également ce qu’on appelle le « linking » de produits équipés de capteurs, par exemple un sweat-shirt muni d’une puce RFID, avec des applications et des plates-formes logicielles. L’application la plus logique consiste en l’authentification des produits de marque, ce que VeChain, la solution d’identité numérique basée à Shanghai, propose déjà. Il est toujours agréable de savoir que le sac griffé à 4000 dollars que vous venez d’acheter n’est pas une arnaque…

Mais ce n’est pas tout ! Cette technologie permet également des degrés inédits de narration et d’expérience client, lesquelles s’activent lorsque les utilisateurs passent leur téléphone au-dessus de leur produit : « VeChain peut être programmée avec des photographies, des vidéos et même des informations personnalisées comme la date à laquelle [un produit] a été acheté et peut-être le nom de la personne à qui il est destiné ou les raisons de l’achat », expliquent Qiao Ran Huang et Joshua Robert Hupper, fondateurs de Babyghost, une marque Fashion Tech qui a également glissé dans ses produits quelques « Golden Tickets », avec autant de prix à la clé pour leurs heureux acheteurs.

 

5. La blockchain ouvre de véritables gisements de données pour les spécialistes du marketing

Compte tenu de sa capacité à suivre et à enregistrer d’innombrables transactions, La blockchain ouvre de véritables gisements de données sur les consommateurs, dont les spécialistes du marketing peuvent extraire des connaissances utilisables (en fait, cette « extraction de données » fait intrinsèquement partie du système de génération de valeur du bitcoin). Ce qui promet un avenir dans lequel les spécialistes du marketing n’en sont plus réduits à évaluer leurs initiatives à l’aveuglette mais sont capables de définir avec précision les éléments auxquels les clients font attention.

Mais rien n’est gratuit non plus : les consommateurs peuvent déjà obtenir des récompenses pécuniaires en échange de leur attention et de leur engagement sur Steem, une plate-forme de média social alimentée par Blockchain. Sans compter qu’ils ne sont pas enfermés dans un seul système de récompenses ni un seul programme de fidélité, mais peuvent échanger librement des monnaies Blockchain sur des marchés comme ShapeShift. En fin de compte, la blockchain signifiera davantage de liberté pour les spécialistes du marketing et les consommateurs, et rien que pour ça, il vaut la peine de la tenir à l’œil.

Vous voulez en savoir plus sur les révolutions numériques qui font évoluer le marketing en ce moment même ? Lisez l’article Five Digital Innovation Trends to Watch in 2017 (en anglais) sur notre blog !

VOUS SOUHAITEZ DECOUVRIR NOTRE PLATEFORME ?

Réservez une démo dès maintenant.